Le conte de Mic et Mak

Il y a bien longtemps, dans notre petit pays, pas bien loin de notre beau village, était née une belle histoire d’amitié entre deux hommes, Guy et Roland, deux passionnés d’aéromodélisme. Ils avaient pour habitude de se retrouver au terrain de Begnins, juste en dessous de Burtigny, sur cette piste bien connue, visible depuis la route, avec à l’opposé, côté Ouest, cette large ouverture dans la haie permettant aux appareils de se poser en bise. C’est sur ce terrain qu’un jeune homme, un certain Pierre-Yves, qui nous est familier, fit ces premières armes de pilote d’aéromodèle. C’est Roland qui pris alors en charge PYB pour lui apprendre les rudiments de cet art difficile de mettre en l’air un avion, le faire évoluer comme le pilote le souhaite, et non pas comme le modèle en décide, puis à atterrir, le tout en un seul morceau. Il faut dire qu’à cette époque, point de modèle en polystyrène ou en EPP quasi incassable et réparable en 5 minutes avec un peu de cyanolite ! Non, de ce temps là, le modéliste était tout d’abord un constructeur ! Il n’existait pas d’avion tout fait, prêt à voler, comme on en trouve actuellement. Il fallait acheter un plan, du bois et de l’entoilage, ou une boite de construction qui comprenait tout ce matériel. Les avions de plus de 2,50 m d’envergure étaient considérés comme « petit-gros » (réservés à des élites), tout comme les planeurs qui approchaient ou dépassaient les 4m. De nos jours, ces dimensions et appellations ont pris un essor exponentiel, mais rares sont ceux qui fabriquent encore leurs avions ou planeurs de leurs propres mains !

Nos deux amis, Guy et Roland, étaient donc forcément de bons constructeurs. A force de se côtoyer, de voler ensemble, une idée avait alors germé : pourquoi ne pas construire ensemble le même avion, chacun de son côté, pour le plaisir ensuite de les faire voler en couple ? Le choix du modèle s’est ainsi porté sur le Piper J3, dans sa livrée bien connue jaune avec le liseré noir. Cet avion a été énormément reproduit en modèle réduit car il a été aussi énormément utilisé « en grandeur ». C’est un peu comme la 2 CV volante. L’envergure choisie était osée ! 3,30m !!! Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils auraient de la présence en l’air, … mais aussi dans le coffre de la voiture ! Nos deux compères se sont lancés dans cette construction, et, à l’issue de cette dernière ont décidé de nommer leurs avions comme un couple indissociable : Mic et Mak, respectivement pour l’exemplaire de Guy et de Roland.DSC_0650DSC_0652

Ils ont dû faire quelques vols ensemble, mais ce que l’on sait, c’est que Guy a réalisé quelques vols avec Mic, et, que Roland, après l’avoir bien fait volé, a fini par transmettre Mak à son fils.

Il y a quatre ou cinq années, Pierre-Yves fit la connaissance de Guy. Il était devenu trop âgé pour faire voler tous les modèles qu’il avait construit avec tant d’amour et de patience, la vue lui faisant défaut. Pierre-Yves, sous le charme de toutes ces merveilles conclut alors un accord avec Guy : Il lui achète tout le lot mais laisse à Guy le soin de ressortir chacun de ses modèles pour en faire quelques photos avant de les transmette à PYB. Avec l’attachement que l’on peut imaginer de ce Monsieur pour ses splendides réalisations, il a fallut bien de la patience à Pierre-Yves pour obtenir au compte goutte les planeurs et avions. Et, il est évident qu’il était impatient d’obtenir ce fameux Piper jaune de si belle dimension. Mais, le « papy » réservait Mic pour l’un des derniers.

En cette fin d’été 2015, Miles repère un beau Piper en vente sur internet. Son envergure conséquente lui permettrait de faire du remorquage de planeurs de belles dimensions sur notre terrain. Il va donc le voir avec PYB. Sur place, Pierre-Yves reconnait Philippe, le fils de Roland. Le Piper J3 de Roland a bien vécu, il a déjà bien volé, a subi aussi quelques inévitables réparations, mais Miles est sous le charme de Mak et en fait l’acquisition. Pierre-Yves contacte alors Guy pour le relancer, et c’est ainsi que le 25 septembre dernier, les deux Pipers, Mic & Mak, se sont retrouvés à nouveau rassemblés sur le même terrain, avec deux nouveaux amis pour les piloter.

DSC_0655

Décollage !DSC_0658DSC_0657

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est parti pour un tour !DSC_0659

Quand on est heureux et fous, on ose tout : montée en chandelle en couple, DSC_0868renversements, DSC_0872 (1) DSC_0873 DSC_0874 DSC_0875

nos inévitables passages avec le Mont blanc, dans le fond. Le spectacle était grandiose, dans notre décor de rêve.

DSC_0816DSC_0800DSC_0843

Toute bonne chose ayant une fin, pour Mic & Mak, il fallut regagner le plancher des vachesDSC_0686 DSC_0760

Il reste à souhaiter que ces deux compères garderons encore longtemps ces deux avions afin que Mic et Mak ne soient plus jamais séparés
DSC_0767

DSC_0696

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s